Antidote 9

Présentation

Antidote 9 introduit un nouveau volet de correction du style, soigneusement calibré pour repérer visuellement les répétitions, les tournures lourdes et les faiblesses de vocabulaire. Les dialogues sont maintenant reconnus, et certaines détections peuvent y être inhibées. Les détections ignorées sont mémorisées : on peut reprendre la correction d’un long document exactement où on l’avait laissée.

Le dictionnaire des définitions présente un panneau de précisions épuré et augmenté, incluant une nouvelle rubrique de difficultés sur 30 000 entrées qui illustre par exemple clairement l’accord du participe passé de chaque verbe pronominal. Plus de 11 000 liens Web mènent aux cartes géographiques et images satellites des pays, des villes et des sites du Patrimoine mondial. Et de nouveaux liens intelligents, augmentables à volonté, étendent les recherches à de formidables ressources externes comme le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.

L’affichage inédit de 2,6 millions de parents étymologiques éclaire d’étonnants liens historiques, comme tueur et tuteur, descendus tous deux du latin tueri. Plus de 1500 nouveaux mots sont ajoutés, comme claquade, égoportrait et vapoter, ainsi que 5000 synonymes, 38 000 cooccurrences et 600 000 liens de champs lexicaux. Côté guides, de nouveaux articles portent le total à plus de 825 articles, qui bénéficient d’une recherche à la frappe améliorée et d’une interface plus simple d’usage.

Pour la première fois, Antidote étend sa science à une autre langue. Un module optionnel, conçu spécialement pour les utilisateurs francophones d’Antidote, lui ajoute en effet le correcteur, les dictionnaires et les guides de l’anglais, de même richesse et qualité que leurs équivalents français. On obtient un Antidote redoublé et cohérent, où la masse de connaissances du français et de l’anglais cohabite élégamment, de la correction simultanée des deux langues au passage fluide de l’une à l’autre dans les dictionnaires et les guides.

Paru le 3 novembre 2015